« Ce qui nous oppose » de Nina Frey. Un ascenseur émotionnel Rock’n Roll et Virtuose.

« Ce qui nous oppose » est le second roman de Nina Frey. « Charlie 17 ans » était déjà maîtrisé et faisait preuve d’une certaine qualité de plume, mais celui-ci le surpasse largement en faisant de Nina un « grand auteur ». Je m’explique…

La « Romance rock » est un style bien balisé destiné à une clientèle de jeunes filles aimant la littérature sentimentale, à la recherche du mauvais garçon qui les fera rêver. Je suis tout le contraire de cette cible marketing. Je suis un homme, je suis vieux et la littérature sentimentale n’est pas ma tasse de thé. Les « Bad boys » (à la Han Solo) ne sont pas mes personnages préférés car je suis bien plus sensible à l’intelligence. J’ai un penchant pour la science-fiction et la fantasy, rien ne me prédispose donc à aimer ce livre.

Pourtant dès les premières pages je n’ai pas pu m’empêcher de trouver des qualités à ce roman qui prend un malin plaisir à bousculer tous les poncifs du genre. Vous savez ou la belle héroïne rencontre une « figure d’autorité » au physique avantageux qui l’ignore complètement et qu’elle déteste avant de finir par tomber dans ses bras et réussir à le dompter totalement. Sous la plume de Nina, les personnages n’ont pas une apparence outrageusement esthétique, le « Bad boy » est tout cassé et la « figure d’autorité » est féminine. C’est de toute évidence la « Bad girl » de l’histoire.

Vous allez me dire que ce n’est pas nouveau, que la romance à papa a bien vieilli et qu’aujourd’hui les femmes sont indépendantes, ce que l’on retrouve largement dans la littérature. C’est vrai ! Mais prendre le contrepied du genre en définissant une femme forte n’est pas la seule chose que Nina a réussie avec ce second roman. En fait dans son histoire rien n’est gratuit, rien n’est improvisé. Ses personnages sont tous dotés d’une psychologie détaillée qui explique précisément leurs agissements. Les lieux existent tous dans la vraie vie et vous pouvez visiter Paris en suivant l’itinéraire de Tina et Max (les protagonistes de l’histoire). Il n’y a pas de décor fantasmé ou des personnages plus grands que nature tout est crédible tout est maîtrisé.

Ne croyez pas que dans ces conditions vous allez vous ennuyer en découvrant une de ces histoires ternes qui perdent leur substance à la recherche de vraisemblance. Le roman de Nina Frey c’est tout le contraire. Elle arrive à vous capter de la première à la dernière page avec des entrées en matière et des rebondissements qui font de « Ce qui nous oppose » un véritable « page turner » haletant à l’américaine. Je ne vous parlerais pas de la dernière révélation de ce roman, mais sachez qu’elle m’a laissé sur le carreau. Malgré ma longue expérience, je ne l’avais pas vu venir et elle éclaire l’histoire de Tina et Max sous un jour nouveau.

C’est là que nous entrons dans le domaine du « virtuose ». Car le lecteur difficile nourri à la science-fiction que je suis a été entièrement happé et charmé par cette histoire qui pourtant sort complètement de mes standards personnels. À la recherche de l’excellence, Nina Frey est arrivée à écrire un roman qui transcende les genres pour rencontrer un public bien plus large que prévu. Pour « Charlie 17 ans », je vous avais dis que c’est une plume à suivre. Pour ce roman je vous annonce que Nina Frey a toutes les chances de produire dans le futur l’un de ces cygnes noirs qui vont révolutionner la littérature. « Ce qui nous oppose » est déjà à deux doigts d’y arriver…

En vente sur Amazon : https://www.amazon.fr/dp/B07236BBGH/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *