Littérature et cerisiers en fleurs

Non, je ne vais pas vous parler de littérature printanière, même si la saison s’y prête. Dans cet article, je vais tenter de faire comprendre à Elen Brig Koridwen (qui est une amie que j’adore) et à tous ceux qui pensent qu’il faut faire une distinction entre les catégories de littérature (entre celle qu’on doit lire et celle qu’il faut éviter), qu’ils se trompent, et ceci pour plusieurs raisons.

Avant de développer mes idées, je vais rapidement vous résumer l’objet de la divergence d’opinions qui nous sépare Elen et moi. Si avec Elen nous sommes tous les deux convaincus qu’il est indispensable de travailler la qualité de la production littéraire des indépendants (et bien entendu la celle de l’édition classique actuellement en chute libre), nous ne sommes pas d’accord sur la nature de ce qu’il faut éviter de faire pour entrer dans le cadre d’un écrit « qualitatif ».

En effet, pour Elen (et je suis souvent d’accord avec elle) les auteurs indépendants (c’est ceux qui nous intéressent tous les deux) singent beaucoup trop souvent les erreurs de l’édition classique qui nivelle leur audience par le bas en suivant des objectifs de volume de vente. La ou les auteurs indépendants pourraient justement proposer une littérature moins commerciale et plus expérimentale,  ils essayent de ménager la fameuse dichotomie du lecteur (qui recherche la nouveauté, mais la trouve trop risquée à acheter) en adoptant des trames narratives ou des genres bien connus. C’est vrai que si vous voulez avoir du succès comme indépendant, il vaut mieux arpenter les chemins bien balisés de la romance, du « feel good », du polar, du thriller ou des succès de librairie (histoires de vampires, loup-garou, zombies…) de la littérature jeunesse ou érotique. Continuer la lecture de « Littérature et cerisiers en fleurs »

Je suis une poupée gigogne – Armonia Zyra

« Je suis une poupée gigogne » délivre le témoignage d’un être né homme qui s’est révélé quelques année plus tard être une femme.

Je ne dirais pas combien d’années, car ma maman m’a appris qu’il est grossier de révéler l’âge d’une femme. Vous pouvez imaginer que le thème de ce livre plonge dans les racines des sentiments et apparences autour de son appartenance à un sexe ou à un autre. Cette question cruciale définit d’une certaine façon notre psyché et impacte logiquement la totalité de notre vie sociale. Vous pouvez imaginer, si vous vous êtes interrogé à un moment de votre vie sur votre genre (nous passons tous par-là), quel pourrait être votre désespoir en vous rendant compte que la nature (ou un être supérieur appelé Dieu, si vous y croyez) a mal répondu à cette question ? Continuer la lecture de « Je suis une poupée gigogne – Armonia Zyra »

PERSONAÉ, l’éducation du scribe – Elijaah Lebaron. Enfin disponible en exclusivité sur AMAZON

La magie est de retour dans les terres d’Esper et de nouveau les luttes de pouvoir vont s’accélérer entre les Hommes et les Dieux.

Suivez les aventures de Devalin, un jeune Scribe pouvant invoquer avec son grimoire les sorts magiques les plus puissants. Sophyan, une femme forte et sans pitié portée par sa foi dans la poursuite de sa mission au sein des Chevaliers Saints. Enguerrand, le grand maître des Bardes-Guerriers du Premier Ordre engagé dans une lutte acharnée avec les Dieux. Marilian, une Alchimiste amoureuse de l’homme le plus recherché d’Esper. Humbeco, le gardien de la culture et de l’histoire qui se bat pour sauver une humanité mise en danger d’extinction par Personaé, la plus traîtresse des déesses.

Et si “Game of Thrones” était une oeuvre de Science Fiction ?

Découvrez un monde Médiéval Fantastique à Vapeur complexe, ou les dieux marchent parmi les Hommes. Une nouvelle mythologie inédite. Un roman décrivant des jeux de pouvoir entre magie, religion et politique dans leur conséquences les plus extrêmes. Une histoire parfaitement en équilibre entre le fantastique et la Science-Fiction qui cache bien des secrets.

Disponible en version brochée ou ebook : http://xfan.fr/personae

Elijaah Lebaron en dédicace au Salon du Livre de Paris le 16 & 17 Mars 2018


Je dédicace « PERSONAÉ, l’éducation du scribe » au Salon du Livre de Paris sur le stand des Auteurs indépendants (avec Indylicious), Hall 1 stand R32.

J’y serais :

  • Vendredi 16 Mars de 12h00 à 14h00
  • Samedi 17 Mars de 10h00 à 12h00

Je vous y attend avec une surprise gratuite pour toutes les dédicaces et avec un cadeau très spécial pour ceux qui me salueront avec le « signe du sanctuaire ».

Il y aura également un concours avec tirage au sort pour gagner un des fameux T-shirt PERSONAÉ.

Au plaisir de vous y rencontrer
Elijaah

Elijaah Lebaron ou comment « sauver l’humanité des pièges vers lesquels elle se dirige »

Voici une interview de votre serviteur réalisée par Loli Artésia qui n’est pas seulement une romancière pleine de talent mais également une intervieweuse de choc.

Merci pour cette intéressante interview Loli.

 

D’où vient votre inspiration pour écrire ?

Je ne pourrais vous dire quelle est ma méthode pour trouver l’inspiration qui tient beaucoup de la sérendipité. Je rencontre ces idées dans ma vie de tous les jours et seule la façon dont je les sélectionne pour une histoire est vraiment digne d’intérêt. Je pourrais écrire un livre entier pour expliquer comment j’évalue le potentiel d’une idée dans toutes ses dimensions de l’intérêt narratif jusqu’à sa richesse philosophique ou morale, mais en fait je pourrais résumer cela en une seule phrase : « Cette histoire mérite-t-elle d’être racontée ? »

Une fois que je réponds par l’affirmative à cette première question, c’est à ce moment-là que les ennuis commencent. Car une idée n’est rien…

Lire la suite : Elijaah Lebaron ou comment « sauver l’humanité des pièges vers lesquels elle se dirige »

Le Club des Indés vous offre des « Gourmandises de Noël »

Cliquez sur l’image pour télécharger gratuitement sur Amazon !

La saison des fêtes approche. Les jours raccourcissent, la température baisse et l’ambiance est propice aux couvertures, plaids, chocolats chauds, bougies à la cannelle et lectures de toutes sortes.

Que vous croyiez à la nativité ou au vieux monsieur habillé de rouge, vous attendez impatiemment la distribution des cadeaux. Ce moment plein d’enchantement où en déballant un paquet vous aurez le plaisir de découvrir l’une de ces boîtes pleines de douceurs.

C’est exactement ce que vous offre la crème des auteurs indépendants réunis sous la bannière du « Club des Indés ». Ils sont onze à s’être rassemblés pour vous offrir un florilège de friandises littéraires de toutes sortes. Elles sont moelleuses, douces, acidulées, fourrées ou piquantes… Un choix raffiné qui devrait ravir toutes les papilles.

Continuer la lecture de « Le Club des Indés vous offre des « Gourmandises de Noël » »

Dans la tête de… Chris Simon

Ceci est la première interview d’une série consacrée exclusivement aux auteurs. « Dans la tête de… »  essaye de bousculer les codes habituels au profit de questions destinées à vous faire pénétrer dans les processus de travail, dans les pensées intimes de chaque auteur. 

Loin de la liste de question photocopiée envoyée à tous les interviewés « Dans la tête de… »  va proposer des questions travaillées et différenciées pour chaque auteurs. Je remercie Chris Simon qui s’est prêtée au jeu pour cette première interview. Vous allez voir, ses réponses sont passionnantes :

Bonjour Chris. Pourrais-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

— Auteur de la série psy Lacan et la boîte de mouchoirs et du roman Mémorial tour qui a été Lauréat d’Amazon au salon Livre Paris 2016. Je suis indépendante avec parfois des passages en maison d’édition. Un pied à Paris et un pied à New York. J’aime explorer des thèmes de société toujours avec un peu d’humour. J’écris en ce moment Brooklyn Paradis, une série noire Thriller  avec de l’humour qui se passe dans les quartiers de Brooklyn, New York. Continuer la lecture de « Dans la tête de… Chris Simon »

Les Premières pages de Personaé dans les Mondes de Co

…Personnellement, c’est le monde qui nous est proposé qui m’a séduite, « où les dieux marchent parmi les Hommes ». Car oui, il y a une mythologie complexe et très intéressante, j’avoue que c’est un de mes dadas et j’adore en trouver dans les romans que je lis. On voit que l’auteur a vraiment réfléchi pour construire sa mythologie et donne l’eau à la bouche. Dans l’avant-dernier chapitre proposé, on sent bien qu’un conflit va avoir lieu, une guerre, dont Elijaah Lebaron retient les éléments pour faire monter l’impatience. J’aurais tellement voulu avoir plus de pages pour pouvoir en découvrir davantage ! On devine très vite que…

Une chronique très approfondie. On s’aperçoit que Coralie n’a pas seulement lu l’histoire mais recherché à la comprendre dans ses multiples dimensions. En ayant à sa disposition que les 5 premiers chapitres de mon histoire c’était un véritable challenge. Bravo Coralie

Lire la suite sur le site : Les Mondes de Co 

Auto-édition : Comment vendre une œuvre inclassable ?

Je n’aime pas Facebook. Mais je dois avouer que c’est la deuxième fois qu’il m’offre de l’inspiration pour écrire un article. Cette fois-ci c’est la question posée par une lectrice dans « LE SALON LITTÉRAIRE » créé par Elen Brig Koridwen (Groupe privé) qui est à la base de ma réflexion :  « Lorsque vous publiez vos livres comment arrivez-vous à définir le genre auquel ils appartiennent vu la prolifération de styles qui existe ? »

Comme je n’avais pas compris les enjeux qui se cachaient derrière cette question j’ai répondu logiquement « Ce n’est pas les auteurs qui décident, mais les lecteurs ». Mais une fois la question précisée par son auteure, j’ai ajouté quelques minutes plus tard :

« En fait c’est plus souvent les éditeurs qui s’occupent de cette catégorisation de deux façons :
– Ils définissent une ligne éditoriale que les auteurs doivent suivre pour être édités dans une collection.
– Ils cernent le public potentiel d’une œuvre et décident de la catégoriser (parfois de la modifier) pour correspondre à cette cible. »

Vous l’avez compris, la catégorisation d’un ouvrage est, de mon point de vue, principalement un problème marketing qui ne devrait pas être le problème de l’auteur, mais pourtant… Dans le cas de l’auto-édition les auteurs étant également éditeurs, ils doivent absolument se préoccuper de ce problème. Ils y sont forcément confrontés lorsqu’ils tentent de classifier leurs romans pour les vendre sur une plateforme de e-commerce, mais ils devraient aussi y penser lorsqu’ils écrivent.

Je me rappelle de certaines discussions avec mes pairs qui tournaient autour de de la catégorisation de leur prose. Leur bébé possède toutes les qualités de l’auto-édition qui leur offre une créativité sans limites et une liberté de ton dont ne peuvent profiter leurs confrères édités. Mais cette liberté éditoriale a un prix à payer. Principalement quand vous allez vous poser cette question : « Comment vendre mon ouvrage ? » Continuer la lecture de « Auto-édition : Comment vendre une œuvre inclassable ? »